Menu
Extinction
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
Tests
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
Créer un contenu
Test : Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque
PC PS4 ONE
Extinction
AvantArrière
Appréciations du jeu
Profil de Silent_Jay
L'avis de Silent_Jay
MP
Twitter
Journaliste loancoin.com
10 avril 2018 à 15:45:07
10/20

Lecteurs loancoin.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
7.4/20
Tous les prix
Prix Support
21.93€ PS4
31.80€ ONE
34.52€ PS4
39.99€ ONE
67.19€ PC
Voir toutes les offres
Partager sur :

Le succès de la franchise Shingeki No Kyojin fait des émules. Le gigantisme est à la mode depuis l’apparition des premières planches de l’œuvre de Hajime Isayama en 2009 et suscite bien des convoitises. Moins d’un mois après la sortie du second jeu vidéo L’Attaque des Titans, le studio Iron Galaxy surfe sur le phénomène et exploite le filon avec un jeu d’action sobrement intitulé Extinction. L’élève est-il à la hauteur du maître ?

Une survie apathique


Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

L’humanité est au bord de l’extinction. Après des décennies de guerres intestines, les humains font désormais face à une menace sans précédent. Cet univers fantastique imaginé par les scénaristes d’Iron Galaxy est en ruine et seul le royaume de Dolorum résiste encore à l’envahisseur. Des hordes de créatures assoiffées de conquêtes et répondant aux noms de Ravenii toisent l’Homme du haut de leurs dizaines de mètres et piétinent une civilisation sur le déclin. Témoins privilégiés de ces événements et derniers remparts d’une espèce en bout de course, le guerrier émérite Avil et son acolyte Xandra répondent à l’appel de détresse d’un souverain dos au mur.

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Le scénario d’Extinction tient sur un post-it et l’intérêt du récit est à l’image de la mise en scène. Minimaliste, voire simpliste, cette dernière se contente d’une poignée de cinématiques 2D façon Animated Comics de bonne facture et de discussions statiques pour donner le change au cours d’une aventure découpée en 7 chapitres. Le titre a le mérite de proposer des doublages en anglais et des sous-titres en français. Les réfractaires à la langue de Shakespeare seront aux anges et pourront suivre sans heurt un scénario attendu piochant ici et là sans réelles convictions.

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Et les quelques personnages qui jalonnent le récit n’y changent absolument rien. Difficile de s’intéresser à des êtres de pixels motivés par un besoin viscéral de sauver le monde “Of Course”. L’univers lui-même joue le Petit Poucet avare et émiette 2-3 informations pour contextualiser l’histoire sans jamais titiller notre curiosité ou tenter de faire naître une quelconque émotion chez le joueur. Il en résulte un périple linéaire misant sur le défi et délaissant ses progénitures au profit de l’action.

Une introduction en 2D titanesque

Chargement de la vidéo Extinction Extrait

Un brassage titanesque

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Difficile, voire impossible, de ne pas faire de parallèles même maladroits avec L’Attaque des Titans, phénomène planétaire qui séduit lecteurs, spectateurs et joueurs depuis près de 10 ans. Extinction emprunte à son modèle des affrontements inégaux, des combats opposant David à Goliath. Ce jeu d’action couvre donc à sa manière le même spectre et centre son expérience sur des joutes épiques en 1 versus 1, nécessitant compétences manettes en main et apprentissage à la dure. Car Extinction s’amuse avec vos nerfs encore et encore.

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

La seule manière d’éliminer un Ravenii (nom donné à ces “titans”) est la décapitation. Et ces monstres gigantesques ne comptent pas se laisser occire sans réagir. Lents par nature, ces derniers sont protégés par des armures aux spécificités et aux matériaux variés. De la simple plaque de bois à la cuirasse en or en passant par l’acier indestructible, ces protections vous donnent du fil à retordre et requièrent un temps d’apprentissage certain pour en identifier les points faibles et faire d’une faiblesse supposée une opportunité. Une fois l’armure ôtée, les jambes et/ou les bras sont à la merci d’un héros prompt à les sectionner. Le géant s’écroule alors sur son séant attendant la sanction… un coup net derrière la nuque à condition d’avoir détruit le heaume et toutes les autres protections gênantes au préalable.

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Néanmoins, achever un titan ne se fait pas sans mal. Avil ne peut décemment ôter la vie sans l’énergie runique contenue dans son épée et récoltée sur les civils sauvés, les ennemis éliminés, les armures détruites et les membres coupés. Sans une jauge pleine, la frappe meurtrière reste muette. La mort du Ravenii devra donc attendre. Ce système, plaisant sur le papier empêche purement et simplement de fondre sur un ennemi pour le terrasser et augmente artificiellement la durée des missions au point d’aliéner les autres mécaniques de jeu pourtant efficaces.

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesqueExtinction : A mille lieues de l'aventure titanesqueExtinction : A mille lieues de l'aventure titanesqueExtinction : A mille lieues de l'aventure titanesqueExtinction : A mille lieues de l'aventure titanesque
Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Les Ravenii compensent leur manque de vitesse par une puissance démesurée et des attaques dévastatrices capables de faire trembler la terre et de vous tuer instantanément. Plat de la main sur le sol, coups de genou, smash avec un gourdin, claque sur la nuque… ces titans s’apparentant à des trolls ont du répondant. Seul avantage d’Avil, sa rapidité à la fois au sol et dans les airs. Privé des célèbres déplacements tridimensionnels de L’Attaque des Titans, marque de fabrique de la franchise, ce guerrier se déplace pourtant avec facilité et fend les airs. Bondissant au possible, ce héros virevolte à plusieurs mètres du sol, grimpe sur le dos de ses ennemis et utilise l’environnement pour compenser un problème évident de taille.

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Malheureusement, la caméra se fait l’allié des Ravenii et met fréquemment des bâtons dans les roues des joueurs. Loin d’être parfaite, cette dernière perd de vue son objectif principal... à savoir conserver la lisibilité de l’action à n’importe quel prix et est bien souvent la source de morts frustrantes. Il n’est pas rare de mordre la poussière sans même voir le coup venir ou de manquer une attaque par souci d’orientation de la caméra. Et ce problème vital s’attaque même aux déplacements du héros qui perdent en fluidité et s’empâtent par instant. Parfois grisants, les combats d’Extinction pâtissent d’un manque évident de maîtrise qui ruine trop souvent une action rythmée (… sur le papier).

Faire face à un Ravenii

Chargement de la vidéo Extinction Gameplay

Une fantaisie redondante

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Extinction ne se caractérise pas par l’originalité de son concept ou de son univers et les missions imaginées par les designers sortent tout droit d’un cahier des charges dûment rempli. Éliminer X ennemis, sauver X civils, résister X minutes, protéger X ou Y… l’ensemble des objectifs principaux suinte le classicisme par tous les pores et les médailles bonus jouant ici le rôle de quêtes secondaires n’ont que très peu d’intérêt et ne renouvellent aucunement l’expérience. Les chapitres et sous-chapitres se suivent et se ressemblent. En cause, la génération aléatoire de certaines missions de la campagne solo et des archétypes vidéoludiques poncés jusqu’à l’os.

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Seule la difficulté varie et augmente crescendo avec l’apparition de nouveaux ennemis toujours plus coriaces et réactifs. Les Ravenii, ces colosses colorés, varient visuellement et dans leurs comportements. Des monstres verts, violets, blancs... et des armures en tout genre corsent les combats à mesure qu’Avil progresse dans l’histoire. Des chacals accompagnent également ces titans et s’attaquent aux civils. Proches des gobelins, ils interfèrent dans vos combats avec les Ravenii et n’ont pour utilité que de recharger votre énergie runique et de récolter des Points de Compétences (PC).

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Notre héros peut compter sur des mécaniques RPG pour gagner en puissance et en efficacité sur le champ de bataille. Remplir les objectifs principaux et secondaires en campagne ou dans divers modes annexes parmi lesquels Défi Quotidien, Extinction et Escarmouche… fournit des points d'expérience à dépenser dans l’optique d’accroître la mobilité d’Avil, augmenter la portée de son radar, diminuer l’influence de la gravité… Ces améliorations notables, bien que peu nombreuses, assurent à ce guerrier un avantage non négligeable souvent nécessaire pour compenser les hoquets de la caméra.

Mission sauvetage de civils

Chargement de la vidéo Extinction Gameplay

Une extinction cartoonesque

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Visuellement parlant, Extinction s’en sort avec les honneurs malgré des textures par moment floues et des temps de chargement aléatoires. Sans parler de claque graphique ou technique, le titre d’Iron Galaxy assure l’essentiel. Ce jeu d’action est fluide et garantit un framerate constant. Sur ce point c’est une réussite. De plus, les environnements hautement destructibles subissent en temps réel la colère des titans avec des immeubles s’effondrant à l’impact et ne laissant qu’un tas de gravats fumant. La férocité des combats se traduit visuellement à l’écran par des gerbes de roches et de débris, et des effets spéciaux sobres

Extinction : A mille lieues de l'aventure titanesque

Si Extinction peut se targuer d’être élégant, il le doit avant tout à sa direction artistique cartoon. Et les artistes ne lésinent pas sur la couleur pour donner du corps aux environnements et aux différentes créatures qui les peuplent. Du rouge, du vert, du jaune, du bleu… l'intégralité du spectre donne vie aux affrontements et à l'univers imaginé par Iron galaxy. Il en résulte un patchwork pigmenté et ensoleillé fait d'aplats et de textures semi-réalistes qui insufflent du relief dans les décors et donnent du crédit aux Ravenii, pièces maîtresses de l’expérience.

Mode "Extinciton" : Anéantir ou périr

Chargement de la vidéo Extinction Gameplay
Les notes
+Points positifs
  • Un univers d’heroic-fantasy crédible et inédit…
  • Des combats épiques et dynamiques...
  • Une direction artistique cartoon et colorée
  • Des environnements hautement destructibles
-Points négatifs
  • … pour un récit insipide à la mise en scène simpliste
  • … mais une caméra récalcitrante qui ruine l’expérience
  • Des missions et des objectifs redondants

Difficile de toiser l’humanité sans trébucher et Extinction l’apprend à ses dépens au cours d’une aventure tantôt grisante, tantôt insipide, mais ô combien frustrante. Iron Galaxy met du cœur à l’ouvrage, cela se ressent. La direction artistique et la fluidité des combats témoignent d’une envie de bien faire. Malheureusement, le manque de maîtrise et la redondance de l’expérience ne plaident pas en faveur de ce jeu d'action qui essaye, mais se rate sur de nombreux points.

Profil de Silent_Jay
L'avis de Silent_Jay
MP
Twitter
Journaliste loancoin.com
10 avril 2018 à 15:45:07
10/20
Lecteurs loancoin.com
L'avis des lecteurs (7)
Lire les avis des lecteurs Donnez votre avis sur ce jeu !
7.4/20
Mis à jour le 10/04/2018
PC PlayStation 4 Xbox One Action Modus Iron Galaxy Heroic Fantasy
DERNIERS APERÇUS
  • Aperçu : F1 2018 : plus beau, plus riche ?
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Darksiders 3 - Un retour efficace pour la licence
    PC - PS4 - ONE
  • Aperçu : Scorn : Lorsque le malsain rencontre le sublime
    PC
Derniers aperçus
loancoin.com
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Battlefield V
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Odyssey
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live