Menu
Créer un contenu
loancoin.com / Dernières actualités des jeux vidéo / News jeux vidéo / News hardware /

GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?

News hardware
GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?
PC
Partager sur :

L’E3 a fermé ses portes il y a environ deux mois, et de l’avis de nombreux observateurs spécialisés, cette édition aura avant tout signé le retour en grâce du Cloud Gaming au-delà des habituelles guerres de catalogue. Lors de cet événement, les principaux acteurs du marché du jeu vidéo ont en effet, ou conforté leur intention de continuer à développer cette activité, ou souligné leur souhait de s’y intéresser de très près. À ce titre, Electronic Arts envisage de lancer très prochainement son propre service cloud, qui donnera accès à une partie des jeux de l’éditeur, avec en sus la promesse d’un accès anticipé aux nouveautés, ou de remises sur le store Origins pour les joueurs qui s’y investiraient. De son côté, Capcom a utilisé le cloud pour gérer le portage de Resident Evil sur Switch, et contourner les limitations de puissance de la console. Quant à Microsoft, derrière la mise à disposition des offres Xbox Game Pass, c’est la création d’une division dédiée aux applications cloud gaming qui a été annoncée, tandis que certaines rumeurs s’avancent même sur le développement futur d’une console Xbox entièrement tournée vers le dématérialisé.

Évidemment, dans cette bataille qui s’annonce, chacun aspirera à devenir le « Netflix du jeu vidéo ». Mais pas seulement… Ces mouvements s’inscrivent également dans une vision plus pragmatique. Aujourd’hui, les éditeurs, et dans une moindre mesure, les développeurs, ont une certaine liberté, voire un contrôle, sur les modalités de distributions de leurs jeux. Imaginez dès lors qu’ils laissent se développer un nouveau modèle de diffusion, dominé par un acteur incontournable qui serait à la fois distributeur et développeur, et qui pourrait être tenté de rendre la vie des éditeurs tiers plus compliqués afin de privilégier ses propres productions… Les choses pourraient ne plus être aussi saines. Dans ce schéma, les rumeurs autour de services de cloud gaming chez Google ou Amazon inquiètent des Ubisoft, ou des Electronics Arts, bien évidemment.

GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?

C’est dans ce contexte qui risque donc de devenir très concurrentiel que NVIDIA continue de faire grandir son propre service de cloud gaming, GeForce Now. Un service, qui, par rapport à la situation que nous venons d’évoquer, et à l’instar du système Shadow, semble disposer de bons arguments pour se faire une place au soleil : parce qu’on peut le considérer comme « neutre », dans la mesure où NVIDIA ne s’occupe que de distribution, et parce qu’il est en place depuis le lancement des produits Shield, soit presque 2 ans, ce qui lui donne une bonne longueur d’avance technologique sur ses concurrents. En vérité, jusqu’à présent, son seul défaut, au-delà de la nécessité de disposer d’une solide connexion à internet, résidait dans son catalogue famélique, qui malgré quelques effets d’annonce, ne semblait pas vouloir décoller significativement.

Mais tout vient à point à qui sait attendre, puisque début juillet, GeForce Now a pu profiter d’une nouvelle mise à jour, qui visait à mettre au même niveau les offres GeForce Now PC / Mac, et l’offre GeForce Now Shield. Cela signifie qu’en plus d’un catalogue de base, tous les services GFN vont maintenant permettre à leurs utilisateurs d’accéder aux jeux associés à leurs comptes Steam et Uplay via le cloud. Notez cependant que cette partie de GFN est encore en bêta gratuite, mais restreinte à l’heure où nous écrivons ces lignes, tout comme GFN PC et Mac, et que nous parlons « d’offres » par abus de langage, puisque NVIDIA n’a toujours pas annoncé de tarifs pour tout cela.

GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?

Quoi qu’il en soit, nous autres, journalistes, avons d’ores et déjà accès à l’intégralité de ces nouveaux services depuis une quinzaine de jours, et à l’évidence, l’ouverture aux catalogues Steam et Uplay était ce qu’il manquait à GFN pour briller, et à la Shield TV pour se démarquer.

GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?

Concrètement, les catalogues Steam et Uplay sont intégrés à l’interface GFN de la manière suivante : en complément des titres GameStream et GeForce Now classiques, le menu d’accueil propose maintenant un certain nombre de jeux en accès direct. La liste complète est disponible à cette adresse, mais on peut déjà noter que la plupart des titres du moment ou récemment lancés sur les plateformes citées sont accessibles : Fortnite, Far Cry 5, PUBG, Assassin's Creed Origins, The Crew 2, ou League of Legends. Pour ceux-là, il suffit d’une pression de bouton, puis d’entrer vos identifiants de compte Steam ou Uplay. Si le titre est bien en votre possession, il se lance en quelques secondes. Simple, efficace, et relativement proche d’une expérience locale en termes de temps de chargement.

GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?
GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?

D’autre part, comme nous l’avions souligné lors de notre dernière virée sur le cloud NVIDIA, le fabricant a su stabiliser autant qu’améliorer sa qualité de diffusion, en travaillant notamment son algorithme de compression afin qu’il s’adapte au débit disponible. L’expérience est donc fluide, tout en demeurant visuellement très convaincante. Pour autant, signalons que la question de la bande passante reste le point clé d’une bonne session de cloud gaming. En navigation sous l’interface Steam Big Picture, la consommation de GFN oscille ainsi entre 5 et 10 Mbits. Néanmoins dès qu’un titre est lancé, prenons l’exemple de Middle Earth Shadow of War, on retrouve une consommation allant de 20 à 45 Mbits. Et sachant les fluctuations qui peuvent toucher une connexion internet chez un particulier, nous dirions que seule la fibre permet aujourd’hui de profiter d’un service vraiment optimal. Dans ces conditions, on pourra toujours remarquer la présence de quelques artefacts de compression, mais après avoir passé des heures à alterner les jeux pour mettre en défaut GFN, force est de constater que ces cas de figure sont à la fois rares et furtifs.

GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?

En fait, les principaux reproches que l’on pourrait encore faire à GeForce Now touchent surtout l’ergonomie. Par exemple, il faut systématiquement repasser par la phase de validation des comptes Steam et Uplay pour lancer un jeu, l’option « se souvenir » étant bien présente, mais non fonctionnelle. Également, nous n’avons parlé pour l’instant que des titres proposés par NVIDIA dans ses playlists. Mais que se passe-t-il si l’envie nous vient d’accéder à un jeu compris dans notre bibliothèque Steam ou Uplay, mais non listé par NVIDIA ? Eh bien il faut alors charger l’interface Steam Big Picture, choisir son jeu, patienter pendant son installation sur les serveurs, et enfin, le lancer, sachant que cette routine devra être reproduite à chaque lancement. Il est clair qu’il faudrait à terme proposer un petit espace de stockage, qui pourrait par exemple regrouper deux ou trois jeux « favoris », et que l’on pourrait lancer au même titre que les jeux affichés dans l’interface principale de GeForce Now. NVIDIA propose bien aux utilisateurs de lui soumettre des jeux à valider. Jeux qui, s’ils font l’objet de nombreuses demandes, seront intégrés en priorité au sein de la liste principale. Mais l’idée d’un stockage personnalisée est tout de même cent fois préférable.

Jeux supportés ou non supportés, quelle différence ?
Bien que l’on puisse lancer n’importe quel jeu Steam via GeForce Now, tous n’ont pas le même statut. Il y a les titres supportés officiellement, et ceux que l’on devra lancer manuellement en passant par l’interface Big Picture. Pourquoi cette différence ? Simple. Sur les jeux validés, NVIDIA s’est assuré des paramètres graphiques idéaux, qui vont conduire à l’expérience « 60FPS en 1080p » diffusée par GeForce Now. Également, cette phase de validation va permettre de vérifier que le service de streaming est bien compatible avec les fonctionnalités en ligne de tel ou tel jeu. Pour l’instant, plus de 300 titres sont donc officiellement supportés par NVIDIA.

Autre inconvénient de cette mise en route personnalisée : elle ne vous permet pas d’éviter les fenêtres de lancement que les développeurs auraient ajoutées. Sur un système GFN PC et Mac, où l’utilisateur dispose en principe d’un clavier et d’une souris, ce n’est pas bien grave. Sur un Shield TV ou tablette, c’est plus ennuyeux. Heureusement, NVIDIA a prévu un mode clavier / souris virtuel pour son pad, afin d’évacuer cette problématique. Enfin, pour terminer là-dessus, on regrettera que ces lancements personnalisés ne concernent que le catalogue Steam. Il faut toutefois convenir de la difficulté d’appliquer ce traitement à Uplay, qui ne dispose pas d’un mode « Big Picture ». On note par ailleurs que NVIDIA a pris soin de supporter un grand nombre de titres Ubisoft dans son offre.

GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?GeForce Now : Que devient le service de Cloud Gaming NVIDIA, presque 3 ans après son lancement ?

Derrière cette nouvelle avancée, GeForce Now laisse donc la nette impression d’un service qui va dans le bon sens, s’améliorant petit à petit, et espérant, sans doute, être fin prêt lorsque les utilisateurs disposeront d’une infrastructure réseau à même de transformer le cloud gaming en un canal de diffusion majeur. En fait, GeForce Now est sans doute ce qui se ferait de plus cohérent aujourd’hui, avec l’offre Shadow. Et bonus non négligeable pour NVIDIA : dans sa nouvelle forme, ce service pourrait donner un coup de fouet à la Shield TV, qui pourrait enfin disposer d’une solide composante gaming, en plus de ses multiples compétences multimédias. Encore beaucoup de conditionnel dans tout cela, nous direz-vous… C’est sans doute parce qu’au-delà des quelques soucis d’ergonomie que nous mentionnions, il manque surtout une donnée essentielle pour définir la pertinence de l’offre NVIDIA dans sa forme actuelle : son prix. Comme nous le disions un peu plus haut, GeForce Now est repassé en statut gratuit / bêta pour l’instant, une situation qui ne pourra évidemment pas durer éternellement. Par ailleurs, GeForce Now a jusqu’à présent évolué assez lentement, et pour preuve, il s’est écoulé plus d’un an et demi, entre notre première expérience d’un jeu Uplay sur Shield TV au CES 2017, et son déploiement dans notre salon personnel. Une évolution qui tranche avec la rapidité avec laquelle s’est développé Shadow, par exemple, et qui nous fait parfois nous demander si GeForce Now n’est pas simplement un terrain d’expérimentation destiné à alimenter un plus vaste dessein. Un transfert de technologie vers la Nintendo Switch, par exemple, nous paraitrait fort à propos, considérant le succès de la console et le hardware embarqué, sans doute assez proche de celui d’une Shield TV. Espérons que sur ce sujet, et sur beaucoup d’autres, NVIDIA se montre prochainement plus loquace. Pourquoi pas à l’occasion du prochain salon Gamescom, où le fabricant de GPU a d’ores et déjà annoncé qu’il tiendra une conférence publique.

Profil de Kracou,  loancoin.com
PC

COMMENTAIRES


Vous devez être connecté pour poster un commentaire.
biloute08
biloute08
MP
le 07 août à 18:58

tester ... ( pas que chez nvidia ) resulta pas terrible .
:snif2: trop latence ... même avec fibre .

Lire la suite...
Spixl
Spixl
MP
le 06 août à 09:01
 Imaginez dès lors qu’ils laissent se développer un nouveau modèle de diffusion, dominé par un acteur incontournable qui serait à la fois distributeur et développeur, et qui pourrait être tenté de rendre la vie des éditeurs tiers plus compliqués afin de privilégier ses propres productions… Les choses pourraient ne plus être aussi saines 

Genre steam ?.....
Remplacez "cloud gaming" par "plateforme de téléchargement" (et plus particulièrement steam) et vous aurez grosso modo un post qui date d'il y a 15pige.

Lire la suite...
guadada74
guadada74
MP
le 04 août à 20:05

he be cest pas avec mes 2mo que jirai loin.

Lire la suite...
Zakynaf
Zakynaf
MP
le 04 août à 11:32

Qu'est-ce qu'elle est moche cette manette :noel:

Lire la suite...
shikamaru_2007
shikamaru_2007
MP
le 04 août à 10:21

La différence avec Netflix c'est qu'une série souvent je la regarde qu'une seule fois (donc j'ai pas a m'abonner à 10 services, je choisi celui que je veux…) alors qu'un jeu vidéo je peux y jouer 10 ans et de différents éditeurs après donc c'est beaucoup plus rentable d'acheter directement que de payer un abonnement pour mes jeux vidéos.
J'ai jamais été tenté perso de revoir une série plusieurs fois, contrairement à un livre ou un jeu vidéo :(

C'est vrai que c'est alléchant ce système de "plus de puissance que notre ordi peut en supporter" mais bon, c'est déjà à ça que servent les nouvelles générations de PC ou console :hap: (et leur puissance est déjà très suffisante je trouve…)

Pour ce qui est du fait que ce soit en démat' c'est déjà le cas sur PC de toute façon (et c'est pas plus mal quand on change de PC et qu'on garde facilement tous nos jeux et pour les maj souvent présentes…) mais sur console je préfère encore le physique pour pouvoir tout conserver donc ça collerait pas (ils mettraient automatiquement la compatibilité avec les jeux de l'ancienne console quand on en achète une nouvelle? :hap:)

Et bien sûr, comme dit dans l'article, la vitesse de la connexion, déjà que dans ma chambre au 2nd étage de ma maison avec la fibre c'est pas foufou, j'imagine pas dans les petits villages...

Lire la suite...
Commentaire édité 04 août, 10:24 par shikamaru_2007
MorcarFree
MorcarFree
MP
le 04 août à 10:09

Payer pour jouer en solo à un jeu qui laggue, non merci. Je ne joue jamais en multi en ligne, et j'achète mes jeux qu'en version boîte. J'espère bien que ce type d'offre restera, car sinon j'arrête le jeu.

Lire la suite...
Phenyxx
Phenyxx
MP
le 04 août à 02:26

J'ai essayé mais je n'ai pas été emballé malgré la fibre, je préfére rester sur mon pc gamer

Lire la suite...
the-Sash-one
the-Sash-one
MP
le 04 août à 01:31

Un jour viendra, qu avoir SA machine CHEZ soi, sera un caprice de riche. Pas forcément une machine de jeu, ça pourrait aussi être sa voiture, sa maison, son argent liquide, etc.

Le monde est en train doucement de nous déposséder des choses tout en exacerbant notre volonté à les acquérir.

Cette transition se fait si lentement à l échelle humaine, comme la métaphore de la grenouille dans une casserole où le feu est progressivement augmenté sans que la malheureuse s en aperçoive ; bien qu elle finisse par en mourir.

La plupart de nos contemporains nieront cette tendance, pourtant nous serons tous à dire à nos descendants :

-"À l époque, j avais une machine de guerre qui faisait tourner n importe quel jeu, j avais moi-même assemblé les pièces une à une".
Personne ou presque ne nous croira.

Lire la suite...
Commentaire édité 04 août, 01:36 par the-Sash-one
elfamoso_issou
elfamoso_issou
MP
le 04 août à 00:48

D'accord pour les jeux en solo mais en multijoueurs ?

On en parle pas, peur des resultats ? :hap:

Lire la suite...
Skipwoof
Skipwoof
MP
le 04 août à 00:11

Avec ma fibre, la phase bêta fait grave ses preuves. C'est rapide, c'est fluide, les jeux montent à plus de 100FPS sur du "F1 2016" et le tout fait donc bien son office.
Je regrette 2 choses indispensables pour moi et qui m'ont fait arrêter d'utiliser la Bêta :
- Ne supporte pas la manette PS4, contrairement au PC directement.
- Ne supporte pas les Mods pour les jeux, vu qu'on n'a qu'une interface de Stream du jeu et aucun bureau virtuel (avec explorateurs de fichier + Navigateur).

Bref, c'est rédhibitoire pour moi, du coup j'ai arrêté. En tout cas pour ceux qui ont la fibre et n'utilisent ni manette PS4 ni Mods, ça vaut le coup plutôt que de se payer un gros PC Gamer tous les 2 ans !

Lire la suite...
Top commentaires
Ivarsson
Ivarsson
MP
le 03 août à 14:08

Je ne pense vraiment pas que le cloud gaming soit adapté pour être beaucoup utilisé en France.

Il n'y a qu'un pourcentage infime de personnes qui possèdent la fibre en 2018. Je vis en région parisienne et quand je vois que ma ville de 20 000 habitants nous sort que l'on n'aura pas la fibre avant 2021, j'me dis que je suis pas prêt de souscrire à du cloud gaming...

Donc à éviter pour le moment bien que le service est intéressant.

Lire la suite...
staged_gamer
staged_gamer
MP
le 03 août à 14:27

pour avoir eu l'occasion de tester 2 semaines la béta il y a quelques temps sur plusieurs jeux, j'espère qu'ils se sont améliorés niveau fluidité car on sent vraiment un petit décalage entre l'appui des touches du clavier ou manette et le mouvement en jeu.

J'ai pourtant la fibre avec 900-950 Mbps avec 4ms de ping généralement (avec une config à base de ryzen 1600X) mais impossible de jouer efficacement avec ce délai ou alors je suis trop exigeant mais sur Project cars 2 par exemple il m'était inconcevable de jouer précisément avec cela et j'ai plus relancé après 2 semaines...

Lire la suite...
Boutique
  • Call of Duty: Black Ops 4 + Bonus digital exclusif Amazon
    59.99 €
  • Logitech G502 Souris Gaming RVB Personnalisable Proteus Spectrum avec 11 Boutons Programmables
    59.99 €
JEUX LES PLUS ATTENDUS
  • Red Dead Redemption II
    PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Fallout 76
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Bande-annonce
  • Assassin's Creed Odyssey
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
  • Super Smash Bros. Ultimate
    SWITCH
    Vidéo - Bande-annonce
  • Resident Evil 2 Remake
    PC - PS4 - ONE
    Vidéo - Gaming Live
loancoin.com