Menu
The Elder Scrolls V : Skyrim
  • Tout support
  • PC
  • PS4
  • ONE
  • Switch
  • PS3
  • 360
Forum
  • Accueil
  • Actus
  • Tests
  • Vidéos
  • Images
  • Soluces
  • Forum
EtoileAbonnementRSS
loancoin.com  /  The Elder Scrolls V : Skyrim  /  Tous les forums  /  Forum The Elder Scrolls V : Skyrim  / 

Topic [Fic] Au coeur de la tempête

Sujet : [Fic] Au coeur de la tempête


Page suivanteFin
TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
01 janvier 2018 à 23:59:50

Bien le bonsoir, jeunes amis !

Comme certains d'entre vous le savent peut-être, ma première fan-fiction (dont j'ai entamé la rédaction il y a maintenant deux ans) a partiellement été supprimée lors des purges organisées par Webedia suite à divers incidents sur lesquels je ne m'attarderait pas. Ayant entamé une réécriture plus ou moins intégrale du récit avant que ce dernier ne soit restauré par les modérateur, j'ai décidé de reprendre l'histoire là où je l'avais commencé, tout en faisant mon possible pour produire un récit le plus agréable possible à suivre.

En cette dernière minute du premier jour de l'an, j'inaugure donc le commencement de cette fan-fiction.

Si vous avez des questions, critiques ou conseils, faites-m'en part ici même ou par MP. Sur ce, voici le premier chapitre.

Message édité le 02 janvier 2018 à 00:02:35 par TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
02 janvier 2018 à 00:21:01

Chapitre 1

[Sentinelle, Martelfell]

À l'instant même où le sinistre éclat de l'acier s'extirpa du fourreau du premier homme, la foule s'écarta d'un ample mouvement désordonné, renversant les étals et les poteries qui s'y trouvaient dans un puissant fracas d'argile brisée. Imité par un second, puis un troisième individu, à son instar dissimulés par de larges pèlerines de tissu terne, le fauteur de trouble se plaça au centre de la galerie marchande, sans se soucier de la cohue défilant de part et d'autre de lui dans un concert d'exclamations assourdissantes.
Contrairement à la quasi-totalité des habitants s'étant abrités sous les étalages où tentant de prendre la fuite, deux individus se tenaient toujours au centre de l'allée, tournant le dos aux intervenants en dépit de l'agitation alentours.

Le plus frêle du duo, un jeune Dunmer en tunique à la chevelure blanchâtre et aux traits fins, se retourna finalement vers les nouveaux venus. Une mine inquiète gravée sur le visage, il dévisagea les trois assaillants de ses pupilles de grenat avec un mélange d'incertitude et d'anxiété, avant de faire un pas en arrière.

- Ce n'est pas ce que vous croyez, je vous le jure ! adressa t-il non pas aux hommes armés se tenant à deux pas d'eux, mais au rougegarde qui lui tenait compagnie.

D'un mouvement fluide, ce dernier pivota à son tour en direction des spadassins, confirmant de lui-même qu'il était bien leur homme.
De taille moyenne et de carrure sèche, le Alik'r trentenaire avait le teint clair pour un originaire de Martelfell, et portait un plastron de cuir sombre orné d'insignes khajiiti. Au niveau de la taille, un vêtement de tissu émeraude dépassait timidement de sa protection, s'enchevêtrant autour de ses jambes jusqu'à disparaître sous une paire de bottes en peau tannées par ce que l'on devinait être des semaines de vagabondages ininterrompus. Son visage sévère était barré d'une fine cicatrice blafarde courant le long de son front et de son œil gauche comme le trait de pinceau d'un artiste mal avisé, et venant se perdre à la commissure de ses lèvres soudées par la concentration. De ses deux pupilles brunes, il parcouru du regard les alentours, comme pour s'assurer que personne d'autre n'interviendrait.

- Tu as des amis à me présenter, je présume ? grogna t-il d'une voix claire en tournant la tête vers son acolyte, faisant brièvement osciller les longues tresses noires surplombant ses tempes rasées.

- Non ! Je ne les connais pas, je vous le promet ! réitéra l'elfe noir en reculant davantage, le visage blême.

Le nez du rougegarde se retroussa sous l'effet d'un rictus méprisant, suite à quoi celui-ci reporta son attention sur les trois hommes.

- Messieurs, enchanté, annonça t-il en caressant pensivement le fourreau du glaive pendant à sa ceinture. À défaut de pouvoir m'informer de l'identité de votre commanditaire ou de m'assurer de la loyauté de mon jeune ami ici présent, aurais-je l'honneur de savoir à qui je fais face ?

Le premier individu cracha en direction du Alik'r, avant de faire quelques pas dans sa direction.

- Aris af-Ozalan, fit-il d'un ton impérieux. Est-ce bien là votre nom ?

- En serions-nous vraiment là si ce n'était pas le cas ? répondit le rougegarde avec assurance.

- Vous êtes un homme difficile à trouver, même parmi les vagabonds de votre espèce, siffla le second mercenaire en balayant les airs d'un moulinet de sa lame. Mais vos déambulations prennent fin ici. Il est grand temps de vous renvoyer aux sables qui vous ont vu naître.

- Épargnez-moi vos élans lyriques et finissons-en, rétorqua l'intéressé en dégainant son glaive d'un geste vif. Vous connaissez mon nom et saviez où me trouver, ce qui m'amène à penser que celui qui vous envoie vous empaler sur ma lame a prit ses précautions pour m'empêcher de dormir sereinement si je prend le risque de rester en ville après votre mort. N'ayez crainte, je n'ai pas pour projet de retrouver le responsable de votre présence ici, ni de m'en prendre à vos confrères, que je présume nombreux dans la région. Vous serez les uniques victimes de cette triste journée.

D'un élan soudain, deux des trois hommes se jetèrent en direction d'Aris, lames en avant. Se plaçant de biais, le Alik'r orienta son épée parallèlement au sol, et s'immobilisa complètement, à la manière d'un gardien attendant que les intrus pénètrent la limite invisible de son antre pour s'animer. Les assaillants parvinrent à son niveau au même instant, sans savoir que leur sort était déjà scellé. L'un se rua en direction de son flanc droit, tandis que le second élevait son sabre, se préparant à lui asséner un coup mortel.
Immédiatement, Aris se jeta en arrière d'une impulsion du pied droit, puis exécuta un brusque pas chassé, se plaçant ainsi hors de portée du deuxième homme, gêné par son premier camarade.
Sans la moindre hésitation, ce dernier réarma sa frappe avec habileté, et sa lame fondit de nouveau sur le Alik'r dans un arc de cercle meurtrier. Elle ne l'effleura même pas. Se jetant sous la lame aussi vite qu'il avait reculé, le rougegarde se retrouva presque collé à l'homme, empêchant ce dernier de se mouvoir librement. Il savoura la stupéfaction de sa proie durant une fraction de seconde, devinant le regard stupéfait de l'être dont il allait prendre la vie. Avant que son opposant ne puisse mettre de la distance entre eux, les doigts d'Aris se ruèrent sur la tranche supérieure de son sabre avec une vivacité reptilienne, écartant violemment le bras de son propriétaire. Emporté par l'élan conjugué de sa frappe et de celle du voyageur, l'agresseur ne put que lever sa main libre face au cimeterre de celui-ci. Transformé en une ligne aveuglante par l'éclat solaire, le fil de la lame traversa la peau, les muscles et les ligaments du bras avant de se ficher dans son radius, puis poursuivit sa course impitoyable jusqu'à déchirer la gorge de son propriétaire dans une pluie écarlate.

Loin de s'émouvoir du sort peu enviable de son compagnon, le second individu contourna la silhouette tressaillante du mourant, et extendit le bras vers la poitrine du rougegarde avec une précision chirurgicale.
La pointe de son sabre ne fendit que le vide.

Ayant prestement pivoté sur ses appuis, le Alik'r adressa un coup de tibia dévastateur à son ennemi au niveau de l'abdomen, le faisant chanceler. Profitant de l'occasion, Aris dégagea sa lame de la dépouille de son précédent adversaire, et balaya l'air d'un revers impatient. Faisant preuve de réflexes surprenants, l'assassin parvint tout juste à se baisser, et saisit le rougegarde à la taille, avant de charger en avant, les précipitant tous deux à travers un étal de jarres.

Contemplant la scène avec autant d'impuissance que d'ahurissement, le jeune Dunmer n'entendit pas le troisième et dernier combattant charger silencieusement dans sa direction.
Ce qu'il vit, en revanche, fut la trajectoire -trop précise pour être fortuite- d'un vase traversant les airs juste à côté de lui pour venir exploser contre l'épaule de ce même agresseur, coupant ainsi son élan. Dans un grognement de douleur, l'homme adressa un regard assassin à l'auteur du lancer, encore aux prises avec son camarade, puis poursuivit sa course, sans se douter que la fraction de seconde qu'il venait de perdre allait être décisive.

Parvenant au niveau de son adversaire bien plus rapidement que ce dernier ne l'aurait pensé, l'elfe noir agrippa fermement la main d'arme de son opposant, et fit remonter son coude vers le visage de ce dernier, le forçant instinctivement à se pencher en arrière. Avec une assurance et une rapidité insoupçonnables, il saisit le col de l'homme déséquilibré, et le fit brutalement basculer au sol. D'un même mouvement, il leva le bras au dessus de son adversaire, et abattit sa paume contre la jugulaire du spadassin, dont le corps fut parcouru d'un spasme virulent. Portant la main à sa ceinture, le Dunmer saisit son coutelas, le brandit fermement dans les airs, et l'abbatit avec force contre la poitrine du blessé. Submergé par l'exécution exemplaire de la contre-attaque, le mercenaire s'étouffa dans un râle sanglant lorsque l'elfe retira la lame de son corps, mettant fin à ses vaines gesticulations.

Dans le dos du jeune vainqueur, un gémissement étouffé résonna, suivit d'un choc sourd. Avant de pouvoir se retourner, le Dunmer sentit un avant-bras passer autour de son cou pour lui compresser la trachée, puis observa le monde s'inverser dans un déluge de formes floues.
S'écrasant à terre dans un sursaut de douleur, l'elfe raffermit tant bien que mal sa prise sur son poignard, mais la botte de l'assaillant l'envoya prestement valser au loin, réduisant à néant ses chances. Il tenta de rouler sur le côté pour échapper à son agresseur, mais ce dernier anticipa son mouvement, et le saisit par la tunique avec une force invraisemblable.

- Allons, Neloth, je suis sûr que tu as une explication à tout cela.

Pétrifié par la surprise, le Dunmer cligna trois fois des yeux face au rougegarde qu'il avait prit pour l'un de ses adversaires. D'un coup d'oeil rapide, il aperçu le dernier assassin étalé contre un tas de poteries, le flanc couvert d'une large tâche rouge enflant à vue d'oeil.

- Puis-je espérer une réponse rapide de ta part, mon garçon ? gronda le voyageur en le hissant vigoureusement au niveau de son visage. Qui étaient ces hommes ?

- Je... Je vous ais déjà répondu, j'ignore qui sont ces individus ! geignit le jeune elfe noir sans oser se débattre.

- À d'autres. Combien de fois penses tu que j'aie échappé à ce genre de traquenards nauséabonds ? Venir me trouver dans cette ville, me promettre un contrat, me guider là où tes amis m'attendaient, et me passer une lame acérée au travers du corps... Cela faisait partie de votre plan ?

- Je suis de votre côté ! s'exclama le dénommé Neloth en désignant du doigt le corps du troisième mercenaire. Ne voyez-vous pas qu'ils m'ont également prit pour cible ?

Un éclat d'hésitation anima brièvement les pupilles sombres d'Aris, qui desserra légèrement son emprise sur le Dunmer.

- Qui t'as appris à te battre comme cela ? le questionna le combattant en examinant la victime de son interlocuteur.

- Je ne peux pas vous révéler son nom, refusa t-il. Pas avant que vous l'ayez rencontré en personne.

- Encore accroché à cette stupide histoire de contrat, à ce que je vois, maugréa le voyageur. Qu'il en soit ainsi...

- Vous devez me croire, c'est un homme de confiance ! insista l'elfe. Il m'a dit que vous aviez déjà traité ensemble par le passé !

Cette fois, une lueur d'intérêt passa dans les yeux de l'homme. Lentement, il regarda autour de lui, et scruta les étalages saccagés afin de s'assurer qu'ils étaient bien seuls.
Brusquement, sa poigne se relâcha, et Neloth chuta lourdement au sol dans un cri de surprise.

- En des circonstances plus favorables, je me serais fait une joie de te régler ton compte ici et maintenant, mais la garde pourrait arriver d'un instant à l'autre, dit le rougegarge en rengainant son glaive. De plus, je me dois d'avouer que ton histoire a au moins de quoi attiser ma curiosité. Où est-il ?

- Il nous attend quelque part dans ce quartier, expliqua le jeune elfe en se relevant lentement, intimidé par l'homme dont il venait à peine de faire la connaissance. Je... je vais vous y mener au plus vite !

- Tu peux reprendre ta dague, conclut le voyageur en désignant du menton la lame de Neloth reposant quelques mètres plus loin. Mais laisse-moi te prévenir : je déteste que l'on me fasse faux bond, alors j'espère pour toi que cette histoire de contrat s'avère véridique.

Lorsque les soldats de Sentinelle découvrirent les corps des trois hommes, Aris était déjà loin.

Message édité le 02 janvier 2018 à 00:23:13 par TheEbonyWarrior
EsZanN
EsZanN
MP
02 janvier 2018 à 00:46:41

First ! :hap:
Et enfin le remaster de cette fic ! :coeur:
Merci ! :cute:

ThelVadam
ThelVadam
MP
02 janvier 2018 à 10:36:13

Les passages descriptifs revêtent parfois un style excessivement ostentatoire qui tranche avec l'élégante sobriété Naytozienne mais les scènes d'actions sont mieux imagées et d'une manière générale, c'est très bien [[sticker:p/1jnf]]

Jack_of_blood
Jack_of_blood
MP
02 janvier 2018 à 11:06:47

Je vais enfin pouvoir commencer à la lire, content ? :hap:

SheogorathCDC
SheogorathCDC
MP
02 janvier 2018 à 11:12:41

Merci Webedia, je vais enfin pouvoir lire cette fic. [[sticker:p/1jnf]]

Message édité le 02 janvier 2018 à 11:13:02 par SheogorathCDC
Pseudo supprimé
02 janvier 2018 à 11:57:29

Quelques étourderies et pléonasmes, mais, globalement, j'adhère à ton écriture. [[sticker:p/1lm9]]

CathayIsBack
CathayIsBack
MP
02 janvier 2018 à 14:30:10

Moi qui devait me la retaper depuis le début. :hap:

Arckange100
Arckange100
MP
02 janvier 2018 à 16:40:23

Grosse qualité. Je connaissais pas. Je veux lire la suite.

TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
02 janvier 2018 à 17:40:49

Plus d'activité ici en une journée qu'en 3 mois sur l'ancienne, quelle surprise :noel:

Le 02 janvier 2018 à 11:57:29 Merid-Nunda a écrit :
Quelques étourderies et pléonasmes, mais, globalement, j'adhère à ton écriture. [[sticker:p/1lm9]]

T'aurais un passage en tête ou tu préfères me laisser me complaire dans la médiocrité ? :hap:

JALLET_ledire7
JALLET_ledire7
MP
02 janvier 2018 à 17:46:14

2e a dire first

et toi?

Pseudo supprimé
02 janvier 2018 à 17:59:04

Le 02 janvier 2018 à 17:40:49 TheEbonyWarrior a écrit :
T'aurais un passage en tête ou tu préfères me laisser me complaire dans la médiocrité ? :hap:

"s'avère véridique" à la fin de ton texte, par exemple. C'est un pléonasme, et la formulation est donc inutilement alourdie.

Pour le reste, rien de tracassant. [[sticker:p/1lmo]]

TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
02 janvier 2018 à 18:52:06

Effectivement je me suis laissé emporter par l'utilisation moderne (erronée, quelle surprise :hap:) du terme [[sticker:p/1kkl]]

TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
08 janvier 2018 à 22:40:22

Chapitre 2

L'après-midi suivait imperturbablement son cours. Cheminant depuis près d'une demi-heure à la suite du jeune Dunmer, Aris sentait la sueur lui inonder la nuque avec l'insistance coutumière ayant le don de le mettre en rogne. Autour d'eux, les habitations s'étaient continuellement resserrées, les enfouissant progressivement en plein cœur d'un dédale d'ocres et de sol ensablé aussi dépeuplé que pouvait l'être un quartier de capitale. Faute d'âmes festives pour les installer, les banderoles aux teintes chaleureuses qui envahissaient les rues marchandes et qui avaient surplombé leur progression jusqu'à présent avaient laissé place à l'interstice azur, depuis lequel l'astre méridional les accablait de toute son impétuosité, transformant l'étroitesse des allées en fournaises exemptes du moindre souffle d'air. Étouffée par la distance qui les en séparait, l'agitation des quartiers populaires leur parvenait à peine, cédant peu à peu la place au silence à mesure qu'ils marchaient.

Fixant d'un regard inquisiteur l'elfe noir qui le précédait, le rougegarde s'était laissé gagner par la méfiance. Outre le fait évident que les espaces réduits nuiraient de façon conséquente à ses déplacements s'il s'aventurait en fin de compte dans un piège, cet enchevêtrement d'allées labyrinthiques se prêtait plus à l'éxecution des travaux de mercenariat qu'à leur préparation. Peu à peu, l'éventualité qu'un contrat l'attende bel et bien en cet endroit s'était révélée moins plausible qu'au premier abords, laissant une prudence méthodique l'envahir.
En conséquence, la paume de sa main était restée vissée autour de la poignée de son glaive durant l'intégralité de leur progression, ce qui, bien qu'invérifiable, n'avait pas dû échapper à son guide.

- C'est encore loin ? lança le Alik'r, adoptant une voix rauque afin de paraître plus éreinté qu'il ne l'était réellement.

- Nous y sommes presque... répondit rapidement Neloth sans se retourner.

Aris réprima un tic d'agacement, et chassa avec brusquerie les quelques grains de sable s'étant déposés sur sa nuque tannée par le soleil.
La situation n'avançait pas d'un pouce. Pour la troisième fois, le Dunmer venait de répondre de façon imprécise sur l'avancement de leur trajet. Malhereusement, si cette façon de faire trahissant une certaine anxiété, elle rendait également presque impossible le fait de savoir s'il mentait ou non. Et dans le cas présent, Aris af-Ozalan n'en avait pas une traître idée.

D'un oeil attentif, le rougegarde porta son regard en direction des puits de noirceur ornant les façades des bâtiments encadrant leur avancée silencieuse. L'interstice des fenêtres était mince, mais un assaillant de la même carrure que le jeune elfe devait pouvoir s'y faufiler.
Viendraient-ils par les airs ?

Neloth s'immobilisa au tournant suivant, sembla hésiter l'espace d'un instant, puis emprunta le chemin de droite. S'étant laissé distancé, Aris le rattrapa en quelques foulées, faisant par la même occasion la désagréable découverte que la couche de sable accumulée sur les dalles du sol n'avait cessé de s'épaissir depuis leur arrivée dans la zone. Ses bottes s'enfonçaient lourdement entre les ergs qui parsemaient leur chemin, lui donnant l'impression déplaisante de patauger au cœur d'un inextricable marais. Désormais, il ne pouvait plus se permettre de quitter le Dunmer des yeux.
La perspective que le jeune elfe aie été de mèche avec les trois assassins qui les avaient attaqués plus tôt s'était rapidement dissipée, mais son instinct lui hurlait malgré tout de rester vigilant. Aussi infondée soit-elle, la crainte qu'un second groupe mieux préparé ne soit à ses trousses l'avait gagné, et semblait à présent solidement ancrée dans son esprit. Voilà pourquoi il haissait les villes : le moindre détail suffisait à le rendre nerveux, et la nervosité nuisait aux affaires.
Obnubilé par la silhouette du jeune garçon, le rougegarde tourna de nouveau à sa suite, sans même y prêter attention.

- C'est ici.

Aris se figea. L'elfe s'était arrêté quelques mètres plus loin, et faisait face à une paroi de grès couverte de profondes gravures érodées par les années. Incapable de discerner précisément les motifs qui ornaient le mur, il s'approcha, toujours focalisé sur sa cible. Le Dunmer se tourna vers lui, fébrile.

- C'est ici, répéta-t-il. Nous sommes arrivés.

- C'est une impasse, rétorqua le voyageur en réalisant soudain qu'il s'était bien trop avancé pour faire marche arrière.

- Prenez garde aux apparences, fit l'adolescent en le dévisageant d'un air mystérieux. De ma perspective, le chemin continue; il ne prend fin que pour vous.

L'adrénaline ne laissa guère temps à un éventuel sens caché derrière ces paroles d'atteindre l'esprit du rougegarde. Le glaive du Alik'r jaillit de son fourreau à toute vitesse, inondant la ruelle d'un crissement sonore. D'une vive impulsion, le voyageur se jeta en avant, et parcouru la distance qui le séparait de sa cible en à peine une seconde et demie.
Durant cet intervalle, la confiance qui animait le visage de Neloth laissa place à la surprise, puis à la panique. Ne s'attendant guère à un assaut aussi brusque, l'elfe recula précipitamment, jusqu'à se retrouver le dos contre le mur.

Pourtant, il ne buta pas contre sa surface. Brusquement, comme s'il s'était s'agit d'une hallucination ou d'un tour de prestidigitation, le Dunmer fut engloutit par la paroi, disparaissant complètement en un battement de cils. Abasourdi, le mercenaire roula au sol pour freiner sa course sans se heurter au fronton, et se réceptionna sur les paumes des mains, à moins d'un mètre du cul-de-sac. Immédiatement, il se redressa sur les genoux d'un geste maintes fois répété, et se retourna en arrière, scrutant l'allée déserte, prêt à bondir au moindre signal.
Un piège ? Ses pensées, entrées en ébullition, venaient d'imprimer une demi-douzaine de scénarios différents à l'intérieur de son esprit alerte, laissant un éventail de possibilités se dresser devant lui sans qu'il ne puisse se décider. Tiraillé entre le désir de couvrir ses arrières d'une menace potentielle et celui de comprendre ce à quoi il venait d'assister, Aris fit osciller la main qui tenait sa lame d'un côté puis de l'autre, incertain. La ruelle ne trahissait pas le moindre signe de vie, mais il avait appris à ne plus faire confiance à ses yeux autant qu'à son intuition. Derrière chacun de ces murs pouvait se cacher un adversaire attendant patiemment qu'il tourne le dos pour frapper. Aurait-il finit par se mettre à dos une organisation d'illusionnistes peu scrupuleux ?

Bien vite, le rougegarde se rendit a l'évidence : jamais il n'aurait du accorder sa confiance à ce Dunmer. À l'instant même où il l'avait désarmé après le combat, il avait disposé de plus de temps qu'il n'en fallait s'en débarrasser ou s'en éloigner rapidement, mais le jeune Mer et ses affabuations avaient suffit à tromper sa vigilance avec une aisance humiliante. Maudissant l'instant de faiblesse qui lui avait valu de se retrouver dans cette position fort peu avantageuse, Aris fit enfin demi-tour, et observa la paroi de roche, interdit. Tout semblait parfaitement ordinaire. La chaleur insupportable de cette journée auraient-elle finit par jouer des tours à ses yeux ?
Écartant immédiatement de son esprit une question dont il ne connaissait que trop bien la réponse, le Alik'r saisit sa lame de la main gauche, et la brandit vers l'avant comme pour se préparer à exécuter la première chose qui surgirait miraculeusement de l'alcôve. Après plusieurs instant d'immobilisme, il s'approcha finalement du mur avec une extrême méfiance, tentant de déterminer s'il pouvait le toucher sans risque. Très lentement, il pressa la pointe de son glaive contre la surface de la pierre.

L'acier s'enfonça au travers de la roche comme si la façade n'avait jamais existé. Suspendant son mouvement sous le coup de la surprise, le rougegarde se retourna brièvement en arrière, comme pour s'assurer une fois de plus que personne ne l'observait. Était-ce une forme d'illusion ? Bien que n'ayant que peu d'expérience en la matière, il avait appris à reconnaître un mage, et Neloth n'en était visiblement pas un. La zone était-elle protégée par un enchantement ? Et, s'il s'agissait d'un stratagème pour se débarrasser de lui, pourquoi ne pas avoir profité de sa surprise pour l'éliminer sur-le-champ ?
N'y tenant plus, le rougegarde finit par s'avancer davantage, fermant les yeux avant d'entrer en contact avec le semblant de paroi. Incapable de ressentir les effets du phénomène surnaturel, il visualisa pourtant les contours du mur enserrer son coude, ses épaules, puis son visage tout entier, avant de se renfermer sur l'ensemble de son être. Durant quelques secondes, il cessa complètement de bouger. Les sons extérieurs, les échos ténus de la civilisation, la chaleur pesante martelant les ruelles, tout venait subitement de disparaître. Immergé dans un espace qu'il devinait plongé dans un noir absolu, le rougegarde reprit sa lente avancée, tout en retenant consciencieusement sa respiration, préférant ne pas songer à ce qui pouvait possiblement l'attendre s'il se risquait à desceller les lèvres. Au bout de quelques pas prudents, la lumière inonda brusquement son regard au travers de ses paupières. Avant même de les rouvrir, il su qu'elle n'était plus celle du soleil.

Une dizaine de torches accrochées aux murs accueillit son regard. En une fraction de seconde, le rougegarde fit courir ses yeux le long des parois de la modeste salle dans laquelle il se trouvait. Couverte de craquelures profondes débordantes de poussière, la maçonnerie, visiblement très ancienne, semblait menacer de s'effondrer à la moindre secousse, expliquant l'absence totale de décorations ou de mobilier. Le fond de la pièce, plongé dans une pénombre incertaine par les flammes dansantes, laissait néanmoins entrevoir une ouverture béante obstruée par deux silhouettes.

TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
09 janvier 2018 à 22:24:00

La main alerte du mercenaire se figea avant d'atteindre sa lame, lorsque celui-ci devina à leur immobilisme que ses hôtes n'entreprendraient pas de mouvement hostile à son égard, et attendaient simplement qu'il s'avance. S'estimant momentanément en sécurité, il reprit sa respiration dans le plus grand silence, observant préventivement le couple d'ombres.
La partie supérieure de leurs corps se perdait dans un halo de ténèbres aussi impénétrables que la brume couvrant les sommets glacials des contrées du Nord, mais il identifia cependant l'un d'entre eux comme étant Neloth, grâce au pantalon de jute qui couvrait le haut de ses bottes. Le jeune Dunmer se tenait de profil, tourné vers son camarade, dont la carrure plus imposante laissait présager qu'il était probablement son supérieur en plus de son aîné.

- Que me vaut cette invitation ? lança finalement le Alik'r, toujours sur ses gardes.

- Rassurez-vous, vous n'êtes pas en danger ici, répondit Neloth sans se détourner de son acolyte. Personne en ville ne soupçonne l'existence de cet endroit.

Avant que le rougegarde n'aie le temps de lui faire part d'une preuve d'agacement supplémentaire quant à la nébulosité de ses propos, l'elfe noir s'avança, saisit l'une des torches disposées le long du mur, et la tendit au deuxième homme.

Vêtue d'un gambison de cuir couvert de carreaux d'acier dont les pans lui descendaient jusqu'à la mi-cuisse, et d'un fin pantalon de tissu dissimulant à peine la maille qui se trouvait en dessous de ce dernier, la seconde silhouette se révéla être celle d'un autre Dunmer, imperceptiblement plus large d'épaules que ne l'était Aris, mais le dominant facilement d'une tête et demie. Les yeux du mercenaire scrutèrent minutieusement le fourreau à longueur impressionante pendant à sa taille, ainsi que le carquois battant contre sa hanche opposée, avant de s'orienter vers son visage.

Teinté d'une expression de sérieux mortel, l'elfe noir portait une couronne de cheveux d'ébène courant le long de sa nuque et recouvrant partiellement ses oreilles, n'encadrant que mieux les pupilles ardentes qui perçaient son visage comme deux puits s'enfonçant dans les profondeurs incandescentes de la terre.
Malgré ses traits bien dessinés et son air calme, une impression d'inconfort se dégageait de lui avec une telle insistance que le rougegarde ne pu en douter plus d'une demi-seconde : il s'agissait d'un tueur hors-pair, bien plus compétent et dangereux que l'écrasante majorité des combattants dont il avait pu faire la connaissance. Sous l'attitude posée et affable du Dunmer grondait une brutalité sans commune mesure, pareille à celle d'un volcan ensommeillé prêt à surgir de sa torpeur au moindre élément déclencheur. À l'exception prête que la furie de cette homme ne se manifesterait sans doute pas sous la forme d'un déluge de cendres et de flammes, mais sous celle d'une série de coups de sabre chirurgicaux.

Bien qu'ayant rencontré une pléthore de guerriers et d'assassins ayant de quoi impressionner leurs pairs, le rougegarde ne pouvait nier l'efficacité avec laquelle cet individu dissimulait sa véritable nature sous un voile de nonchalance et de désintérêt feint. Aux yeux non avertis, l'elfe noir devait apparaître comme un vulgaire voyageur sachant à peine se défendre en cas de problème sur les routes qu'il empruntait, et la comparaison avec celui que le mercenaire devinait sous ces artifices n'en était que plus démesurée. Songeant qu'il aurait pu pénétrer dans cette pièce quelques années auparavant sans réaliser un seul instant la mesure de celui auquel il faisait face, Aris fut prit de picotements nerveux malgré sa tendance habituelle au calme. Il ne s'agissait définitivement pas d'un client venu lui demander de s'emparer de la tête d'un autre homme : car, outre le fait que le Dunmer n'avait probablement pas besoin de qui que ce soit pour effectuer ce travail à sa place, le Alik'r était maintenant certain de n'avoir jamais croisé pareil individu de toute sa carrière de mercenaire.

Et pourtant, sans qu'il ne puisse se l'expliquer, quelque chose chez cet homme attirait inlassablement son attention, comme si une vérité capitale lui tendait les bras sans qu'il ne parvienne à s'en saisir. Lorsque l'inconnu prit la parole, le rougegarde mobilisa l'intégralité de ses efforts à mettre un nom sur son visage.

- Te voilà précédé d'une bien triste réputation, af-Ozalan, annonça le Dunmer d'une voix étonnamment jeune. Ils te surnomment le Tigre de Skaven, au dehors. Une façon bien vide d'exprimer leur admiration envers un assassin.

- Rares sont ceux à s'adresser à moi en ces termes, répliqua le mercenaire. Aurais-je déjà fait affaire avec vous pour mériter tant de familiarité ?

- Comme Neloth a du t'en faire part, oui, même si les choses sont un peu plus compliquées que cela.

Ruminant de frustration, Aris sentait l'identité de son vis-à-vis glisser hors d'atteinte. Où avait-il bien pu croiser un tel homme ? Même en remontant davantage dans sa mémoire, il se heurtait à une page vierge : jamais il n'avait croisé d'elfe noir au monastère d'Elsweyr ou il avait passé le plus clair de son temps avant de se reconvertir en chasseur de primes.
Fait agaçant bien qu'attendu, l'âge du Dunmer restait un mystère malgré ses efforts pour mettre un chiffre sur ce visage raffiné. Se pouvait-il que son interlocuteur soit bien plus âgé qu'il ne l'aurait pensé ? Si tel était le cas, leur rencontre pouvait très bien remonter à sa prime enfance. Mais comment aurait-il pu mettre le doigt sur le nom d'un homme qu'il n'avait pas vu depuis plus de vingt ans ?

N'étant revenu en ville que la veille, et n'ayant donc pas prit le temps d'interagir avec des êtres pensants durant plusieurs semaines, le Alik'r sentit ses pensées dériver de façon incontrôlable vers la perspective déplaisante d'un affrontement entre lui et le Dunmer.
Le fourreau de sa lame touchait presque le sol poussiéreux de la salle. Combien de fractions de seconde lui faudrait-il pour dégainer ? Armé de son glaive yokudan, il pouvait espérer profiter de la maniabilité accrue que lui conférait la taille de sa lame pour incapaciter l'elfe. Mais que pouvait-il face à deux adversaires dont il ignorait presque tout, et dont même le moins imposant avait montré une parfaite aisance à tuer sur la place marchande, moins d'une heure auparavant ? De plus, un cimeterre traditionnel passerait-il au travers de la plate suffisamment rapidement pour lui permettre d'échapper à la dague que Neloth finirait immanquablement par utiliser s'il s'en prenait à eux ?
Du bout du talon, le rougegarde s'assura d'un détail inquiétant : derrière lui, le mur qui l'avait vu défier les lois de la physique quelques minutes plus tôt était redevenu aussi solide qu'il l'était en apparence. Une seule issue demeurait, face à lui, bloquée par deux individus l'ayant consciencieusement traîné dans un endroit qu'il avait toutes les raisons du monde de regretter d'avoir rejoint.

Cependant, quelque chose titillait son esprit. Une pensée insignifiante, stupide, qu'il aurait du considérer inconcevable en temps normal, mais qui lui paraissait néanmoins de plus en plus logique à mesure que son inconscient rassemblait les morceaux de l'énigme. Malgré sa volonté de s'extirper d'une situation qui pouvait rapidement tourner à son désavantage, il souhaitait en savoir plus.

Ayant gardé le silence face à la mine impénétrable du rougegarde, l'ainé du duo reprit finalement :

- Tu ne m'as pas habitué à tant de méfiance, Aris.

Décontenancé par le ton presque chaleureux de l'individu, le rougegarde recula d'un demi-pas, se retrouvant adossé au mur. Aucun doute, il avait bien rencontré ce Dunmer. La perspective qui l'avait assaillit à l'instant revint à la charge, plus forte, plus insistante. Il la chassa de son esprit, seulement pour la voir rejaillir l'instant d'après, inébranlable.

- Allons, met donc de côté cet air affligeant et suis-moi, poursuivit l'elfe noir. Attends-moi ici, Neloth. Lui et moi devons converser.

Sans rien ajouter, l'elfe se retourna d'un mouvement énergique, faisant cliqueter les rivets de son armure. Lorsqu'il s'engouffra dans l'ouverture qui creusait la paroi de sa démarche altière caractéristique, toute hésitation avait quitté le Alik'r. Subjugué par une évidence qu'il venait de rejeter catégoriquement, il dépassa un Neloth immobile d'un pas fébrile, et rejoignit l'individu dans la galerie. Une fois soustraits à l'emprise de la lumière qui régnait dans la salle adjacente, les deux hommes s'immobilisèrent.

- Il ne nous entendra pas d'ici, sussura le Dunmer en dévisageant longuement son invité improvisé.

- Dakin ? laissa échapper le mercenaire après un long moment d'hésitation. C'est... C'est bien toi ?

- Alors tu as finit par me reconnaître ? s'étonna l'elfe noir. Je m'était résigné à la fastidieuse tâche de te rafraîchir la mémoire.

- Comment m'as tu retrouvé ? souffla le rougegarde, n'osant croire ce que ses yeux lui montraient. Cela fait si longtemps... Je pensais que vous aviez disparu ! Comment m'as tu retrouvé ?

- Je crains d'être forcé de devoir faire attendre tes questions pour le moment, mon ami, l'interrompit le dénommé Dakin. Répond plutôt à celle-ci : en tant que membre des Marcheurs, demeures-tu fidèle à nos préceptes ?

- Je suppose que oui, acquiesça le rougegarde, surpris par la teneur solennelle de la question Je suis redevable à l'Ordre, comme chacun d'entre nous...

- Parfait, fit l'elfe avec empressement. Suis-moi, nous avons beaucoup à nous dire.

Prenant de court le mercenaire suffoqué par la tournure inenvisageable que prenait cette journée, le Dunmer se mit en marche, s'engouffrant plus profondément dans l'obscurité.

- Douze ans... murmura Aris, plus à sa propre attention qu'à celle de son camarade, alors que les pas de ce dernier se perdaient dans le couloir. En effet, Dakin. Nous allons avoir des choses à nous raconter...

TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
09 janvier 2018 à 22:24:55

:up:

PS : ne faites pas attention à la date de parution de la seconde partie du chapitre, j'ai juste eût un léger soucis d'editing

Message édité le 09 janvier 2018 à 22:25:56 par TheEbonyWarrior
ODST-01
ODST-01
MP
11 janvier 2018 à 23:45:22

Oh j'avais pas vu que tu l'avais ressortie j'attend la suite de la ou tu t'etais arreter sur la première avec impatience et je vais voir avec mon cerveau si il est d'accord pour tout se retaper sur celle la meme si je ne suis pas sur de vouloir revivre les traumatisme psychologique que m'ont laissé les morts de certain perso. J'espère que l'un de vous a lu ce pavé a haute voix comme ca il est mort asphyxié... sauf ebony parce que je veux la sweet :hap:

Message édité le 11 janvier 2018 à 23:46:32 par ODST-01
TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
12 janvier 2018 à 10:31:29

Le 11 janvier 2018 à 23:45:22 ODST-01 a écrit :
Oh j'avais pas vu que tu l'avais ressortie j'attend la suite de la ou tu t'etais arreter sur la première avec impatience et je vais voir avec mon cerveau si il est d'accord pour tout se retaper sur celle la meme si je ne suis pas sur de vouloir revivre les traumatisme psychologique que m'ont laissé les morts de certain perso. J'espère que l'un de vous a lu ce pavé a haute voix comme ca il est mort asphyxié... sauf ebony parce que je veux la sweet :hap:

Tu sous-estimes ma capacité pulmonaire jeune homme [[sticker:p/1kkn]]

Sinon je vais pas mal raccourcir certains trucs notamment entre les chapitres 10 et 30 pour essayer de pas mettre 2 ans à revenir au même point qu'avant et de pas avoir oublié ce que je voulais changer le temps que j'y arrive :hap:

Message édité le 12 janvier 2018 à 10:35:06 par TheEbonyWarrior
ThelVadam
ThelVadam
MP
12 janvier 2018 à 10:44:31

Sinon je vais pas mal raccourcir certains trucs notamment entre les chapitres 10 et 30 pour essayer de pas mettre 2 ans à revenir au même point qu'avant et de pas avoir oublié ce que je voulais changer le temps que j'y arrive :hap:

Ebony, un exemple de persévérance pour tous les procrastineurs que nous sommes http://image.noelshack.com/fichiers/2018/02/3/1515594723-1480064732-1467335935-jesus4.png

TheEbonyWarrior
TheEbonyWarrior
MP
12 janvier 2018 à 13:29:47

Pas de montage d'orque CHIM sans âme sur mon topic merci [[sticker:p/1kkn]]

Page suivanteFin
Répondre
Prévisu
?
Victime de harcèlement en ligne : comment réagir ?
Infos 0 connecté(s)

Gestion du forum

Modérateurs : Annihilus, EsZanN
Contacter les modérateurs - Règles du forum

Sujets à ne pas manquer

Boutique
  • The Elder Scrolls V : Skyrim PC
    7.99 €
    9.98 €
  • The Elder Scrolls V : Skyrim PS4
    19.99 €
  • The Elder Scrolls V : Skyrim ONE
    38.42 €